Michel Mainil


Instrument

Informations

Professionnel
Waterloo
Région Wallonne (1410)
Belgique

Statistiques

Visité 636 fois

Description

Saxophoniste, clarinettiste, Michel Mainil est né en 1955 à La Louvière, petite ville de Belgique considérée comme le berceau du surréalisme.
Ce sera vers 15 ans, en côtoyant des musiciens locaux et par l'écoute de disques, qu’il commencera à étudier la musique et, plus particulièrement, le saxophone et la clarinette.
Il s'intéresse au départ au jazz traditionnel et aux big bands (Duke Ellington) avant d'être tout à coup "flashé" par John Coltrane et, plus particulièrement,par les disques Blue Train et Afro Blue Impression. Ces albums seront à l'époque définitifs dans ses orientations.

Parallèlement, il s'inscrit au Séminaire de Jazz du Conservatoire de Liège. Il rencontre John Ruocco avec lequel il prend des cours. Il travaille également l'harmonie du jazz avec Steve Houben et participe aux cours d'ensembles du pianiste américain Dennis Luxion.

Il s'est produit très tôt au sein de nombreux groupes ou de formations tous styles : big band, orchestres de variétés, enregistrements studio, petites formations de jazz traditionnel ou moderne, groupes de salsa, combos de musique africaine, interventions dans des projets théâtraux, poétiques,etc...

Attiré par l'Afrique, il part au Cameroun en 1983 où, en compagnie du trompettiste Alain Devis, il se produira dans différentes formules.

Il s'ouvre à la composition dans les années 80 et enregistre une cinquantaine de musique de scène ou sur supports images.

C'est au début des années 90 qu'il rencontre le saxophoniste Erwin VANN au cours d'un stage et dans un cours d'ensembles au Conservatoire de Bruxelles. Ce dernier lui apportera de nouvelles orientations musicales. De ce stage, naîtra le groupe NEMESIS avec Pascale Loriers, Piet Verbiest, Viviane Fortuné, Pol Peeters et Guy Vaerendonck.

Il affectionne une formule quintet avec deux saxophones. Pierre Lafontaine (Sax Battle), Steve Houben et Vincent Mardens ont régulièrement fait partie de cette équipée.

Il dirige conjointement un quartet avec la pianiste Véronique Bizet. Marc De Maertelaer et Antoine Cirri complètent ce groupe où, dans un répertoire parsemé de compositions originales ou de morceaux nés de la plume de musiciens tels Kenny Wheeler, Michel Herr, John Coltrane, une belle part est laissée à l'improvisation libre.

Ce groupe aboutira sur un projet axé sur l’improvisation libre avec le contrebassiste Barre Phillips. En 1999 on le retrouve également au sein de Quartouches, un groupe de free music construit en double quartet avec Véronique Bizet et Christian Leroy (Pno), José Bedeur et Arne Van dongen (Cb), Antoine Cirri et Cookie Lesguillers (Dms), Philippe Saucez et Michel Mainil (saxophones et clarinettes). Il participe aussi à différentes expériences reposant sur l’improvisation, notamment avec le saxophoniste anglais Lol Coxhill et des musiciens du collectif Inaudible.


A l’opposé, il pratique la clarinette dans différents groupes s’inspirant de la tradition du jazz ; notamment le Honky Tonk Jazz Band du trombonniste Denis Vereecken et le Bourbon Street Jazz Band du banjoiste Richard Willame.

Avec Etienne Richard (Pno), Alexandre Furnelle (Cb) et Kris Duerinckx (Drums), il se produira au sein du groupe A Monk’s flavour dont le répertoire est exclusivement constitué de compositions de Thelonious Monk.

Viendra ensuite le groupe Dolce Vita dont les musiciens s’efforcent de revisiter les musiques de films. René Desmaele (Tp), Alain Rochette (Pno), José Bedeur (Cb), Antoine Cirri (Dms) et Christian Leroy (Perc) figurent dans cette aventure.

Il fait partie aussi des Jazz Migrators avec René Desmaele (Tp), Pierre Lafontaine (Ts), Alain Rochette (Pno), René Harvengt (Vibes), José Bedeur (Cb), Antoine Cirri (Dms). Le répertoire est un hommage au drummer Art Blakey et à ses Jazz Messengers.

Il a aussi joué avec la chanteuse roumaine Anca Parghel et a formé un quintet avec, en guest, la chanteuse Hilde Van Hove. La rythmique est composée de Alain Rochette (Pno), Bart Zegers (Cb) et Georges Triantafylou (Dms).

En 2003, il met sur pied Autumn in blue sextet avec Richard Rousselet (Tp), Jean-Pol Danhier (Tb), Alain Rochette (Pno), José Bedeur (Cb) et Patrick Wante (Dms).

Outre la Belgique, Michel Mainil sest produit en France, Hollande, Grande-Bretagne, Maroc, Cameroun, Pologne et Québec.

Depuis plusieurs années, Michel Mainil développe son travail au sein de plusieurs groupes. On le retrouve régulièrement leader de son propre quartet avec Alain Rochette, José Bedeur et Antoine Cirri. Un CD intitulé Water and other games est sorti en janvier 2004 et a rencontré une très bonne presse.

Début 2005, il participe au spectacle Caussimon en trois mots par le Collectif Théâtre, avec Jean-Claude Derudder dans une mise en scène de Christian Debaere sur des arrangements musicaux d’Eloi Baudimont.

Deuxième album en tant que leader en 2006. « Between the two solstices » est un septet réunissant différentes influences musicales : latino, africaines, rock et scratching par l’apport d’un DJ. Le quartet habituel s’est édjoint la présence de Cécile Broché (violon), Chris Joris (percussions) et DJ Landzar (scratch).

« Reflections in Blue » est son troisième album en tant que leader sorti sur le label Travers en 2010.

Un quatrième album en compagnie de la chanteuse Tany Golan a vu le jour fin 2011

Styles

Jazz

MatérielTénor, soprano, baryton, alto, clarinette,

Ténor, soprano, baryton, alto, clarinette, clarinette-alto...

Influences

Coltrane, Wayne Shorter, Branford Marsalis, Ralph Moore, Eric Alexander, Gary Thomas, .... and many others
Bud Powell, Thelonious Monk,...
chargement






A propos du site | Annuaires des musiciens | Annonces musiciens | Publicité / Annoncer | Bugs / Suggestions | Espace Presse | Soirées Mupiz | Radio Mupiz | Conditions d'utilisation | Confidentialité | Foire aux questions |
Mupiz © 2010-2016 |